Beat Grossrieder (*1967)

«Pendant des siècles, le mode de vie nomade a été victime de persécutions, dans l’ignorance totale que la créativité humaine a toujours besoin des deux: sédentarisme et nomadisme, ce qui est habituel et ce qui sort du commun. Le fait de ne pas autoriser l’un d’eux entrave forcément l’autre. Si notre société ne tolérait qu’un seul mode de vie, nous nous appauvririons culturellement. Pourtant, comme par le passé, nous excluons les gens qui sont ‹différents›: les marginaux, les malades psychiques, les toxicomanes, les objecteurs de conscience et ceux qui refusent d’entrer dans le moule.»

Beat Grossrieder, *1967, journaliste

© 2012 Stiftung Zukunft für Schweizer Fahrende // Impressum

© 2012 Fondation Assurer l’avenir des gens du voyage suisses // Infos éditeur

© 2012 Fondazione Un futuro per i nomadi svizzeri  // Informazioni editoriali